Les différents moyens contraceptifs

Depuis la révolution sexuelle des années 60, l’acte sexuel n’est plus seulement associé à la procréation. Les mœurs se sont libérées et les moyens contraceptifs se sont généralisés. Chaque solution contraceptive comporte des avantages et des inconvénients. Cela dépend du mode de vie, de la situation affective et des conditions de santé des personnes concernées. Les moyens de contraception s’adressent essentiellement aux femmes, même si les deux sexes sont concernés par la question.

La contraception hormonale ou orale

medications-342462_960_720

Appelée plus communément la pilule, cette forme de contraception est la plus répandue en France. S’il est pris correctement, l’efficacité de ce traitement hormonal est très efficace, supérieur à 99.7%. L’inconvénient de cette contraception orale est la prise quotidienne à heure fixe. La pilule peut donc être facilement oubliée et la protection n’est donc plus efficace.

Il existe plusieurs types de pilules, les combinées (œstrogène et progestatif) ou les progestatives. Il existe également différentes générations de pilules combinées. Les première et deuxième générations sont les premières à avoir été proposées sur le marché et comportent des progestatifs différents que les générations suivantes. Ces dernières (3ème et 4ème), réduisent les effets secondaires de la pilule comme l’acné, le gonflement, les douleurs mammaires etc. Ces pilules constituent tout de même un risque de thrombose veineuse supérieur aux premières générations, ce qui explique pourquoi ils sont généralement prescrit qu’en deuxième intention.

Le stérilet

Le stérilet est un dispositif intra-utérin inséré dans le vagin de la patiente par un médecin ou une sage femme qualifié. Il existe deux types de stérilets, en cuivre ou hormonal. Ce type de contraceptif est conseillé pour les femmes qui ont une relation affective stable avec un partenaire similaire. Selon le modèle, il est possible de conserver le stérilet de 4 à 10 ans, cependant, un contrôle annuel permet de vérifier que le dispositif soit bien positionné.

L’implant

L’implant a la forme d’un petit bâtonnet de quelques centimètre de long. Il est implanté sous la peau du bras par une sage femme ou un gynécologue à l’aide d’une aiguille. Il diffuse la même hormone que la pilule progestative et est diffusé en continu dans le sang. L’implant est mis en place pour une durée de 3 ans, le médecin effectue une petite incision sous anesthésie locale et retire l’implant.  Il est aussi efficace qu’une contraception orale mais il a l’avantage d’être continuellement diffusé,  il n’y a donc aucun risque d’oublis.

L’implant peut avoir un impact sur le cycle de règle. Certaines patientes n’ont plus du tout de règle, d’autres ont des règles plus courtes et un cycle moins régulier. L’impact est différent en fonction des patientes.

Le préservatif masculin et féminin

condom-538601_960_720

Le préservatif masculin est le moyen contraceptif le plus utilisé avec la pilule. il se place sur le pénis en érection avant pénétration. Au-delà d’empêcher des grossesses, il permet également une protection contre les transmissions d’infections sexuellement transmissibles. Il est généralement fabriqué en latex, mais il existe aussi des préservatifs en polyuréthane pour les personnes allergiques.

Le préservatif féminin (en nitrile synthétique ou polyuréthane) n’est pas aussi répandu que sa version masculine. Il se place dans le vagin quelques minutes ou quelques heures avant le rapport sexuel et protège également des MST ou IST.

Les deux types de préservatifs ne doivent pas être utilisés en même temps, mais d’autres types de contraception peuvent être complémentaires (pilule, stérilet, implant etc.)

La méthode naturelle

Autrefois, les femmes n’avaient pas de moyens de contraception et se devaient d’utiliser des méthodes plus traditionnelles. Certaines personnes utilisent encore ces méthodes aujourd’hui, notamment les personnes qui ne supportent pas les autres moyens contraceptifs.

Il y a deux possibilités pour éviter une grossesse de façon « naturelle ». Tout d’abord la méthode du coït interrompu, qui consiste à interrompre le rapport sexuel juste avant l’éjaculation afin d’éviter que le sperme n’entre dans le vagin, et empêcher ainsi la fécondation. Cette méthode n’est cependant pas entièrement fiable et peut être difficile à appliquer.

L’autre solution naturelle est l’abstinence périodique, qui consiste à calculer les jours de fertilité qui précèdent l’ovulation. Pour appliquer cette méthode, il faut avoir un cycle régulier, pour que le nombre de jours entre les règles soit toujours le même. Cette méthode ne marche pas systématiquement en raison du caractère parfois imprévisible de l’ovulation.

Il existe de nombreuses autres méthodes, comme l’anneau vaginal, la cape cervicale, le diaphragme, les spermicides etc. mais ces méthodes sont largement moins plébiscitées.

Les solutions contraceptives d’urgence

Il est possible de se procurer une pilule du lendemain en pharmacie et sans ordonnance si un rapport sexuel non protégé a eu lieu la veille ou l’avant veille de la prise du médicament, et si la personne concernée ne prenait pas de contraception. C’est une solution d’urgence à caractère exceptionnel, il n’est donc pas possible d’avoir régulièrement recours à ce type de contraception.

Malgré toutes les solutions existantes énoncées ci-dessus, il est possible qu’un accident se produise. Si le test de grossesse s’avère positif, il est encore envisageable d’interrompre sa grossesse non désirée, en réalisant une IVG (interruption volontaire de grossesse) médicamenteuse ou chirurgicale. La première solution est possible jusqu’à la fin de la 5ème semaine de grossesse ou la 7ème si la patiente est hospitalisée dans un établissement de santé. Si ce délai est dépassé, il faut subir un avortement chirurgical avant la fin de la 12ème semaine de grossesse en France.

 

A propos Audrey de Girodmedical

Audrey de Girodmedical suit l’actualité du secteur de la santé afin de vous fournir des informations sur les dernières tendances et pratiques. Son rôle de conseillère clientèle lui permet de comprendre vos attentes afin de vous aider dans le choix de votre matériel médical. Retrouvez tous ses conseils à travers les articles qu’elle publie sur ce blog, rédigés grâce à l'aide des avis et des retours d'expériences de nos clients professionnels de santé.

Une réflexion au sujet de « Les différents moyens contraceptifs »

  1. Oui, votre article est vraiment complet et permet d’y voir plus clair.
    Dommage que les contraceptions naturelles ne soient pas fiables… Le stress, par exemple, peut perturber le cycle. Et une grossesse non-désirée peut survenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *